jeudi 10 janvier 2008

La vie est contre moi en 2008: #1 - partie 1

Le Canadien vient de gagner 5-2. Je peux donc prendre deux minutes pour venir écrire la première mésaventure de 2008 avec le sourire.

Joie.

(Ça s’arrête là)

Tout d’abord, si quelqu’un de la job lit ce qui suit, je tiens à dire qu’il n’y a rien de péjoratif dans ce post. J’ai adoré ces trois derniers jours, malgré que tout ait été de travers. Merci quand même. Vous avez fait de l’excellent boulot. Vraiment! Ce fut apprécié.

Wala c’est dit.

Maintenant, la suite.

Il y a plusieurs mois, un concours a été organisé afin de récompenser les employés modèles au sein de la compagnie. Une personne devait nous inscrire et expliquer pourquoi ce candidat est un employé extraordinaire et tout le tralala. Par la suite, un processus de sélection a été effectué afin d’effectuer un premier filtre.

Les candidatures retenues ont par la suite été conviées à une soirée reconnaissance ou les grands gagnants furent couronnés.

Pas besoin de vous dire que j’ai gagné. Haut la main. Facilement. 1000 km en avance. Pif paf pouf au tapis tous les autres! (Bon, ok… c’était un prix d’équipe et nous étions 4 à gagner dans cette catégorie… mais bon… pffff).

Le grand prix annoncé au tout début : une croisière d’une semaine dans les Caraïbes!

La joie vous dites! Yeah! La mer, le sable chaud, les margaritas, les filles, le soleil.

BUZZZZZZzzzzzz

La soirée du gala on nous annonce un changement de plan dans le grand prix final : Sacacomie à St-Alexis-Des-Monts, trois jours.

Pfffffffffffffffffffffff (le bruit d’un baloune qui dégonfle…)

Légère déception. À peine. Toute petite. Mais bon! Je me console. C’était en 2007. 2008 va m’être beaucoup plus favorable et je vais avoir un 3 jours de rêve dans ma cabane au Canada! Je vais avoir de la neige, pouvoir aller faire de la raquette, me faire dorloter en massothérapie, aller dans le spa, faire du traîneau à chiens, etc, etc…

Erreur.

Le trois jours se terminait hier (mercredi!)

Les pire trois jours de l’hiver.

De la pluie, du brouillard, du vent, de l’eau.


On arrive sur place le lundi matin. Je ne vois même pas dix pieds en avant de moi.

La madame à l’accueil : Vous allez voir! La vue est magnifique. Le lac, la forêt, la falaise…
iBen : Ou ça?
La madame : En avant là…
iBen : J’vois rien moi…
La madame : Oui oui! Derrière la brume …
iBen : En effet! WOOOOOOOOOOOWWWW! C’est magnifique…. (grogne par en dedans)

Effectivement, il y avait bien un lac. Je l’ai aperçu à la volé mercredi à 13 :40! (Le départ étant à 14 heures!)

===================================
Lundi 13 heures

Première activité de planifié : Le ballon balais dans la brume.

Yes! Ça va saigner! Watch out! J’étais king là dedans au secondaire.

Je mets mes bottes et je descends sur le lac pour rejoindre la patinoire. En fait, c’était plutôt de la glace en dessous d’un lac. Il devait bien avoir 3 pouces d’eau sur TOUTE la *& ?%$ de patinoire. La joie !

Après 10 minutes, j’étais trempé de la tête aux pieds. Durée de la partie : 3 heures.

Je ne sais pas pourquoi, mais j’avais la peau des orteils toute ratatinée et les jambes complètements courbaturées.

===================================

Deuxième activité : le traîneau à chiens dans le brouillard.

Mardi matin. 8 heures.

Dring Dring.

iGen: Ben debout! Faut aller déjeuner! On part dans 1 heure.
iBen : hmmmfffff …
iGen : Allez paresseux !
iBen : hhhhhhhmmmmmmmmffffffffff
iGen : Grouille !
iBen : ok ok !
**** OUCHHHHHHHHHHH ****
iGen : Quoi ? Cas cé q’ya encore ?
iBen : Chu racké batard ! J’ai d’la misère à marcher ! Et mon genoux gauche veut pu déplier !
iGen : Arrête de chialer pis grouille !

On arrive aux traîneaux. 132 chiens. iGen capote. Littéralement. Elle saute partout. Elle veut tous les ramener à la maison. Naturellement.

On embarque dans le traîneau. Les guides nous expliquent comment ça marche. Je vais chauffer. iGen va se faire traîner comme une grosse patate.

Guide : Il faut chaud aujourd’hui. Les chiens tirent par des températures de -15, -20. C’est trop chaud pour eux aujourd’hui. Il va falloir les aider à pousser le traîneau dans les montées.
iBen : hey batard… Ça part bien.


Ce que le guide a oublié de nous dire, c’est que…. bien des montées… y’en avait PARTOUT. J’ai passé 2 heures à courir et à pousser le fu**ing traîneau. Et en plus, il a fallu que je tombe sur un attelage de paresseux. Quatre chiens sur six se couchaient dans les montées et refusaient d’avancer! Un peu plus et j’allais me passer un harnais autour du cou pour les aider!

Et pour finir en beauté, malgré la condition de future maman de iGen, je lui laisse l’opportunité de prendre le volant. C’est à ce moment que les chiens ont décidé de donner un peu de nitro.

ZOUUUUUUUUUUUU

Le traîneau à bâbord, à l’envers, iBen et iGen accroché par un bras en essayant de ralentir ce train d’enfer.

Niet ! Nada. Rien à faire. Chiens imbéciles qui n’écoutent pas !

J’ai réussi à récupérer tant bien que mal le traîneau et à l’arrêter. Sans mal et sans dégât. À part, bien sûr, huit tonnes de neige dans les bottes et des pieds tous mouillés.

** Suite demain **

DSC_6955
L'arrivée dans le brouillard!

DSC_7012
La game dans le brouillard!

DSC_7031
Le traîneau à chiens dans le brouillard!

5 commentaires:

Anonymous Christelle a dit...

ça fait beau la brume!! :)

et lol à ton atelage de chiens paresseux! :P

11 janvier 2008 à 07 h 51  
Anonymous Christelle a dit...

ça fait beau la brume!! :)

et lol à ton atelage de chiens paresseux! :P

11 janvier 2008 à 07 h 51  
Blogger Karine a dit...

Jvois pas de quoi tu te plains... hahaha!

11 janvier 2008 à 09 h 07  
Blogger Marie et les jumelles a dit...

Ouain disons que ta raison ca pet la balloune ton affaire...

12 janvier 2008 à 09 h 55  
Anonymous gen gen a dit...

Tu viens tu de me traiter de grosse patate toi là là?????

M'a t'en faire des grosses patates! Tu vas voir :P

13 janvier 2008 à 22 h 26  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

<< Accueil