jeudi 22 mai 2008

L'art d'avoir l'air con... encore

Hey oui! Y’a qu’à moi à qui ça peut arriver!

Je ne suis pas le genre : gars de char. J’aime les tites totos sportives, mais je trouve ça complètement ridicule de mettre 10000$ pour monter un char! Tant qu’à ça, mets 10k$ de plus sur un meilleur véhicule... Bref, je ne fitte pas dutout dans le moule ‘tit gars avec la casquette blanche à l’envers dans une ‘tite civic avec des pissettes bleues.

Je n’ai rien contre eux par contre... (je ne veux pas d’ennemis...)

Par contre, j’ai quand même un point en commun avec cette race de bonhommes. J’aime la musique. Et la musique forte. Comme je voyage pratiquement toujours seul en auto, le son varie toujours entre 35 et 40... sur une capacité de 20. Le seul problème avec ça, c’est que je n’écoute pas dutout le genre de musique des m’sieurs à casquettes blanches. Pas de boumboum, pas de rap. Y’a toujours beaucoup de guit, beaucoup de bruit et/ou trop de distorsion.

J’en viens donc à mon histoire.

Ce soir, je reviens du boulot. Il a fait gris toute la journée et là, zouuuuuu, comme par magie, le soleil se pointe le bout du nez juste comme j’embarque dans l’auto. C’est le temps. Je mets un CD et je pars, vitres baissées.

Je m’arrête à une lumière rouge.

Une auto arrive à ma hauteur.

La police t@b@***!

Avec les gros yeux du policier, j’ai compris qu’il n’aimait pas le bruit...
Et c’est là que je me rends compte...

Smoke Two Joints de Sublime jouait à tue tête à côté d’un char de police!

Bravo iBen! Bravo!

2 commentaires:

Anonymous Christelle a dit...

hihi :) mais ils ne t'ont pas arrêté :D

23 mai 2008 à 06 h 51  
Blogger P'tit homme a dit...

Haha! Par contre, je me dois de te sensibiliser à quelque chose: vous, petits hommes qui mettent la musique à tue-tête dans la voiture, dans la maison ou wherever, vous risquez de vous retrouver sourds à quarante ans... et je ne blague pas en disant cela. Le jour où j'ai appris que je n'entendrai jamais d'une oreille, j'ai compris qu'il valait mieux que je fasse attention à celle qui me restait, déjà fragile. Voilà, c'était la minute du Moralisateur!

25 mai 2008 à 18 h 55  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

<< Accueil